Sélectionner une page

Le Kintsugi est l’art japonais qui consiste à réparer les objets brisés afin de leur donner une seconde vie, bien plus belle. Cet art possède aussi une dimension philosophique, puisqu’il s’agit d’accepter et de sublimer ce qui a été brisé en nous et en faire des forces.

Naissance du Kintsugi

Au XVe siècle, lors de la cérémonie du thé, le chef de guerre japonais Ashikaga Yoshimasa, brise malencontreusement son bol préféré. Afin de le réparer, il le confie à des spécialistes en Chine.Malheureusement, le bol en question lui revient rafistolé à l’aide de vulgaires agrafes métalliques. Déçu, il décide alors de le confier à des artisans japonais, qui ont la brillante idée de le sublimer : c’est alors que naît l’art du Kintsugi.

Comment procéder ?

On récolte, nettoie puis recolle les morceaux brisés à la laque naturelle. Ensuite, l’objet est poncé et les fissures sont soulignées à l’aide de plusieurs couches de laque. Puis on saupoudre d’or les fissures. On retrouve un objet encore plus beau et mis en valeur.

Le Kintsugi est un art très prisé. Certains cassent des objets volontairement pour leur donner une nouvelle vie, en les réparant.

Se reconstruire et accepter ses faiblesses grâce à l’art du Kintsugi

L’art du Kintsugi est un véritable regard sur la vie. En effet, nous nous en inspirons afin de transformer nos propres blessures et faiblesses en forces. Cette façon de voir les choses fait partie de la philosophie japonaise du wabi sabi, qui préconise de mettre en avant l’imperfection.

Prendre du recul sur ses maux

Lorsque notre moral est au plus bas, il faut d’abord accepter cette situation qu’on ne peut éviter. Et plutôt que de se lamenter et de vouloir camoufler notre état, il faudrait le considérer comme un nouveau départ, une sorte de renaissance.

Nous amorçons ce renouveau par la collecte des morceaux un à un et à leur identification afin de mieux les coller. En d’autres termes, il s’agit de faire un bilan de soi, en énumérant ses faiblesses et ses forces.  À cette étape, nous pouvons déjà nous relever. Il ne reste plus qu’à mettre de l’or dans notre existence !

Changer ses blessures en opportunités

À l’instar du bol d’Ashikaga Yoshimasa, nous n’avons besoin que d’un détail pour nous réparer. Nous vivons tous et toutes avec nos blessures mais nous pouvons choisir quelle attitude adopter face à elles.  Nous n’avons pas le pouvoir de les faire disparaitre ; il nous faut donc les accepter et non les ignorer.

Lamia A.

Pin It on Pinterest