Sélectionner une page

Green Turtle : le robot nageur qui nettoie les océans, un projet étudiant plein de ressources !

Plusieurs élèves de l’école d’ingénieurs ESTACA à Laval ont imaginé une solution pour contrer la pollution plastique des océans : construire un robot “tortue” ayant pour mission d’avaler les déchets présents dans les ports.

Green Turtle a vu le jour au sein de l’association étudiante Wave, avec pour objectif de traquer les déchets qui pénètrent dans nos océans chaque année. Mené en collaboration avec l’entreprise allemande Festo, spécialisée en biomimétisme et biobots, le projet repose sur la construction d’un robot “tortue” capable de détecter et d’avaler les déchets au bord des océans. Inspiré de l’animal marin, agile dans l’eau et pouvant rester en position stationnaire, ce robot abritera sous sa carapace des moteurs, des batteries et des articulations.

Trois Pôles pleins de ressources

Pour la conception de cette Green Turtle, les étudiants se sont répartis en trois pôles distincts :

  • un pôle propulsion et motorisation qui travaille sur la réalisation des articulations mécaniques des nageoires ;
  • un pôle détection de l’environnement pour équiper le robot d’un lidar (appareil de détection par laser permettant de mesurer la distance d’un objet) ;
  • un pôle structure et matériaux en charge de concevoir la carapace de l’animal.

Les matériaux utilisés pour sa création seront des plastiques biosourcés et biodégradables, pour rester dans cette optique de lutte contre les déchets. La taille finale du robot devrait atteindre un mètre de long et deux mètres de large, avec une capacité de stockage de 50 litres de déchets, l’équivalent d’environ 1 420 bouteilles en plastique. « S’il repère un plastique, il sort du mode nage aléatoire pour entrer dans la phase de traque : il se rapproche du déchet, l’ingurgite puis revient à la phase de nage. Une fois plein, il revient à son point de départ, déverse ses déchets et recharge ses batteries » explique Baptiste Jagoury, l’un des concepteurs du robot.

L’étude théorique étant désormais quasiment achevée, le développement de son prototype devrait être opérationnel pour l’été 2021, alors avez-vous hâte de voir cette “tortue” éclore pour le bien de nos océans ?

Lisa R.

Pour en savoir plus :

Association Wave Article ESTACAMédiaterreScience Post

Pin It on Pinterest