Sélectionner une page

C’est avec émotion que nos amis anglais ont assisté à la naissance de cigognes banches sauvages en mai dernier, dans le Sussex. Et pour cause, l’heureux évènement était très attendu, et ce, depuis… 600 ans ! Une information 100 % positive ! Mais comment un tel miracle a-t-il été possible ? Découvrez plus en détails l’histoire de la réintroduction réussie de ce grand oiseau échassier migrateur en terre anglaise.

Un collectif de passionnés anglais réintroduit des cigognes blanches

Depuis 50 ans, plusieurs pays européens ont lancé avec succès des programmes de réintroduction de la cigogne blanche à l’état sauvage. Après la France, la Suisse, la Suède et les Pays-Bas, le Royaume-Uni essaye à son tour de ramener ce grand oiseau migrateur sur son sol.

Le White Stork Project

C’est dans le Sud-est de l’Angleterre qu’est né le White Stork Project. Ce collectif est composé de propriétaires terriens privés ainsi que d’associations de sauvegarde de la vie sauvage.

Leur objectif est d’assurer, d’ici 2030, une population auto-suffisante d’au moins 50 couples reproducteurs de cigognes blanches. Pour cela, 166 oiseaux, déjà réintroduits avec succès à la vie sauvage en Pologne et au nord de la France, ont été déplacés dans le Sussex pour établir une population locale.

Par la suite, 250 oiseaux élevés en captivité seront relâchés progressivement dans divers sites protégés du Sussex et d’autres territoires alentour pour renforcer le groupe initial.

Le Sussex : terre ancestrale des cigognes

Mais pourquoi choisir cette région du Royaume-Uni ? Historiquement, les cigognes blanches se reproduisaient dans la région avant de s’envoler pour leur grand voyage vers l’Afrique. Il paraissait donc normal d’y installer une colonie.

Au cours des siècles, le Sussex est resté associé au grand échassier. Le village de Storrington, qui avait pour nom originel « le village des cigognes », a même conservé comme emblème un couple de cigognes blanches.

Par ailleurs, le choix du collectif s’est confirmé après avoir étudié la région. Elle détient les ressources alimentaires et les conditions naturelles idéales pour que l’oiseau puisse subvenir à ses besoins et y nidifier.

Premières naissances à l’état sauvage depuis le Moyen-âge

Réintroduire une cigogne blanche à la vie sauvage est une affaire de patiente. Plusieurs phases sont nécessaires avant qu’elles acceptent de fonder une aire de reproduction.

Une réintroduction réussie

Dans le Sussex, le projet semble porter ses fruits. Les premiers spécimens se portent à merveille. Ils volent librement et vivent dans le secteur, ce qui montre qu’ils s’adaptent très bien à leur nouvel environnement.

De jeunes cigognes blanches sauvages se sont même jointent à la population locale sur le chemin de leur migration.

Enfin, des couples se sont formés. Avec l’aide de bénévoles ces dernières années, le collectif a construit des nids pour impulser aux oiseaux l’idée d’en créer de nouveaux. Et cela fonctionne.

Premiers nids et premiers cigogneaux

Le premier nid a été repéré l’an passé sur le site initial de réintroduction de Knepp. Et cette année, surprise ! Après un deuxième essai de nidification, des œufs y ont cette fois été observés.

L’équipe de Wild Stork Project s’est réjouie de cette découverte au mois de mars. Après 33 jours d’une surveillance attentive, le collectif a eu la joie d’annoncer l’éclosion du premier œuf de cigogne blanche à l’état sauvage sur le sol anglais depuis le Moyen-âge.

Les cigogneaux se portent bien et les parents semblent s’en sortir parfaitement. Voilà un merveilleux happy ending !

Sources : whitestorkproject et bbc.com

Maureen.P

Pin It on Pinterest